Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A Propos...

  • : Interlude...
  • : Ce blog est le résultat d'un challenge lancé par Madame Copine, mon amie du bout du monde... En réponse à mes mails éhontés critiquant un quotidien au demeurant tout à fait passionnant.
  • Contact

Cuisine du monde...

Locations of visitors to this page

Recherche

Mise en bouche...

Archives

Au menu...

Bonheurs et malheurs du jour dans Ligne privée - Titres, dédicaces et prologues dans Intercalaires - Ce que j'en pense dans A ma sauce. Piquante... - Ma vie de présidente dans Verbatim - Les interrogations du jeudi dans Fauteuil Club - Mes péripéties professionnelles dans Passage Public - Mon univers littéraire dans Sofa Travelling

3 juin 2007 7 03 /06 /juin /2007 16:24
Anecdote en deux épisodes…
 
 
Dédicace
A mamy Janine, qui a offert un décor propice à de nombreuses séquences inoubliables.
 
 
Prologue
Amitié, amour, gloire et beauté, voici un condensé d’un été très singulier… Aucune nostalgie. Juste le plaisir de se remémorer. Les rites adolescents continuent à se succéder à un rythme effréné. Avec d’autres participant(e)s.
 
 
Une jeune fille bien sous tous rapports
Depuis qu’elle était née, Eva avait l’habitude de prendre ses quartiers d’été dans un bled de La Costa Brava. Un lieu-dit absolument ravissant, bien qu’au fil des ans de plus en plus apprécié par des hordes de touristes forts envahissants.
Cette année là, elle avait décidé d’embarquer Madame Copine, bien décidée à lui faire partager la Movida de La Fosca. De passage à Paris pour raisons professionnelles, elles avaient peaufiné les moindres détails de cette nouvelle aventure en tandem. Quand le sort décida de s’en mêler. Eva se retrouva en effet plantée là par un ami indélicat deux jours avant son départ. Sans solution d’hébergement. Ni une, ni deux, Madame Copine lui présenta une gentille jeune fille bien sous tous rapports, susceptible de lui fournir le gîte sans le couvert. Reconnaissante, Eva eu une idée. Qui s’averra malheureuse. Mais à ce moment là, elle ne s’en doutait pas. Elle proposa à la jeune fille bien sous tous rapports de se joindre à l’équipée, en remerciement de son hospitalité. Consultation des parents, négociation du montant à allouer à leur belle enfant, l’affaire fut réglée - dans les meilleurs délais - avec beaucoup d’allant.
Dans l’après-midi cependant, l’accord d’hébergement d’Eva fut adroitement dénoncé, l’argument énoncé étant le confort de chacun, la liberté de mouvement, la disponibilité. Bref. Eva se dégotta une chambre dans un motel situé à deux pas de là pour une somme relativement modique, amputant cependant singulièrement son budget de l’été. Pas rancunière, Eva ne dénonça pas sa part du contrat. Et accueillit comme il se doit la jeune fille bien sous tous rapports. L’hébergement proposé était le camping. Une découverte pour cette jeune fille, peu habituée à cet étrange mode de vie, se disant en râlant que l’offre hôtelière à n’en pas douter aurait bien mieux fait l’affaire.
Eva ne répondit rien, et prit le parti de faire profiter ses amies de sa bande d’amigos y amigas. Lesquels lui déclarèrent être tombés sous le charme de Madame Copine, mais éludèrent la question épineuse de la jeune fille bien sous tous rapports. Patati et patata, Mademoiselle jamais contente entreprit d’user la patience de tous avec une détermination qui suscita l’admiration de chacun. A titre d’exemple, un soir de virée, après avoir grassement mangé sans un sou dépenser chez Eva, elle entreprit tout d’abord de railler La Movida de La Fosca. Puis, dans la foulée, elle fit preuve de sa supériorité en refusant de prêter l’équivalant de 6 francs à son hôte, qui attendait patiemment le virement du paiement de son job d’été. Madame Copine partagea son coca, en signe d’amitié. Et le verdict ne tarda plus à tomber : on n’en veut pas de celle-là.
Un soir, prétextant une affection courante quoique extrêmement gênante, Madame Copine vint se loger chez Eva. Quand La Mère vit cela, la tension monta et pour tout dire ça chauffa. Contrites, les deux amies firent amende honorable, tout en se réjouissant du départ prochain de cette espèce de malotrue.
 
 
Epilogue
Fauchées comme les blés, les deux amies retrouvèrent bientôt les joies du tandem. Et décidèrent de profiter de La Movida. Mais pour parvenir à leurs fins, il leur fallut résoudre la question des moyens
 
 

Partager cet article

Repost 0
Published by Laure - dans Intercalaires
commenter cet article

commentaires

Madame Copine 07/06/2007 06:57

Ouahhh!!!!!!!!!!!
Je viens de découvrir ton album photo sur La Fosca!!!! C'est chouette!!!!!!!! ca fait une éternité que je ne suis pas allée par la bas!!!! Il faudra qu'on prenne rendez vous!!!!
 

Madame Copine 05/06/2007 10:54

Hein???? Deux jours de plus??? Tu peux me donner toutes coordonnées de ton association et de ton employeur, merci!!!
Bon d'accord on patiente...

Laure 05/06/2007 12:18

Des bienfaits de la colère... La mienne est revenue, c'est bon signe... Donc pour patienter en attendant le second épisode de La Movida, voici le premier article de la rubrique Passage Public...

Madame Copine 05/06/2007 06:33

Alors?????????? La suite!!!!!!!!!!!!!!!!!!! Pleaaaaaaaaassssssssseeeeeeeee

Laure 05/06/2007 10:41

Il faudra patienter un chouilla, ou bien écrire une lettre de réclamation à mon association (en transition, en tension, en exacerbation, en marre à thons...) ou bien écrire à mon employeur qui m'envoie deux jours à Montpellier pour suivre un séminiaire sur les luttes contres les discriminations...

NatduVénéz 04/06/2007 13:24

Ben moi je n'y étais pas à La Fosca mais je veux bien savoir la suite...
C'est bon de se remémorer les souvenirs... n'est-ce pas ?

Laure 05/06/2007 10:37

Ah oui çette anecdote en plusieurs épisodes m'est remontée tout d'un coup, et ça m'a fait un bien fou...
Sinon, La Fosca est un lieu privilégié, mais comme je suis partageuse, j'ai mis un mini album photo à droite du texte...

Madame Copine 04/06/2007 07:34

Aie Aie Aie....tu vas vraiment écrire la suite????
Bon d'accord, j'attends avec impatience!!!!

Expresso...

Le coup de la panne, par Mehdi Ahoudig

Le métro de Tokyo fonctionne très bien. Tellement bien que quand il y a une panne, c'est l'affolement général. Ballet de bruits et de voix pour mécanique un instant suspendue : tranche de son.