Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A Propos...

  • : Interlude...
  • : Ce blog est le résultat d'un challenge lancé par Madame Copine, mon amie du bout du monde... En réponse à mes mails éhontés critiquant un quotidien au demeurant tout à fait passionnant.
  • Contact

Cuisine du monde...

Locations of visitors to this page

Recherche

Mise en bouche...

Archives

Au menu...

Bonheurs et malheurs du jour dans Ligne privée - Titres, dédicaces et prologues dans Intercalaires - Ce que j'en pense dans A ma sauce. Piquante... - Ma vie de présidente dans Verbatim - Les interrogations du jeudi dans Fauteuil Club - Mes péripéties professionnelles dans Passage Public - Mon univers littéraire dans Sofa Travelling

19 mai 2007 6 19 /05 /mai /2007 17:57
Les cartes sont distribuées…
 
 
La phrase du jour
« Le libre-arbitre est la liberté en acte, il est fondé sur la disponibilité à soi qui permet à l'homme de faire des choix » dans « quelque part sur le web »
 
 
Points de repère
-         jeudi 16 mai donc : je blogue pour exorciser, poser ma pensée, et puis je vais m’adresser au directeur… par voie postale
-         vendredi 17 mai à 8h00 : devant une photo réjouissante de Madame Copine, qui m’accompagne à distance dans ma solitude, je me mets au boulot. J’écris donc à mon directeur, et peaufine une modification de son contrat de travail. Je l’envoie au trésorier, impossible à contacter depuis deux jours, et à mon consultant préféré. Je la lis à mes deux autres administrateurs, qui m’assurent de leur soutien… Bref, je respire… et je poste…
 
 
Cosmique de situation
 
Voilà le fruit de mes élucubrations…
 
Monsieur le Directeur,
 
En réponse à votre courrier du 7 mai 2007, et après avoir consulté le Conseil d’Administration, j’ai le plaisir de vous faire part de ma décision sur les points sur lesquels vous m’avez interpellée.
 
En tout premier lieu, j’ai validé ce lundi 13 mai le paiement de vos astreintes depuis le 1er janvier 2007, sur la base du document que vous m’avez remis. Si je suis satisfaite d’avoir régularisé cette situation, je mesure l’effort que vous avez jusqu’à présent consenti en les assumant pleinement, en sus de votre charge de travail déjà importante depuis votre prise de fonction le 16 mai 2005. J’ai également noté votre intention d’abandonner la contrepartie financière qui vous était due pour les années 2005 et 2006. Sachant ce qui a présidé à votre décision, je tiens à vous en remercier, au nom du Conseil d’Administration.
 
Vous m’avez par ailleurs rappelé qu’en novembre 2006, j’avais été à l’initiative d’une proposition d’augmentation de votre salaire, ainsi que d’une gratification pour le travail accompli autant en amont que durant toute la période du redressement judiciaire. Cette initiative ayant effectivement été contestée à l’époque par notre trésorier démissionnaire, il me revenait la charge de la soumettre au nouveau Bureau. J’ai donc affiné ma proposition initiale en mars 2007.
 
Etant donné les délais dans lesquels j’ai traité cette question, vous avez pu douter que cette décision constituait une réelle priorité pour moi. Si tel est le cas, je le regrette vivement. Aujourd’hui, je tiens donc à vous faire part de ma décision, qui comporte deux aspects :
- afin de formaliser la satisfaction du Conseil d’Administration pour le travail accompli, j’ai décidé de vous octroyer une prime de 3 000 euros bruts
- afin de nous mettre en conformité avec les responsabilités effectives que vous avez jusqu’à présent exercées, j’ai décidé de vous proposer une modification de votre contrat de travail initial, avec un passage au groupe 9 de notre convention collective, sur la base de 520 points, assortie de la reprise intégrale de votre ancienneté (soit 78 points), et ce à effet immédiat et rétroactif au 1er janvier 2007.
 
A présent, et nous avons échangé sur ce point ce mercredi 16 mai, nous avons la charge de consolider le travail accompli. Je souhaite que cela soit avec votre concours. C’est la raison pour laquelle, dans le but d’asseoir le rôle qui sera le votre demain, je souhaite modifier l’intitulé de votre poste et redéfinir votre cahier des charges, en conséquence de quoi je vous propose le titre et les fonctions de Délégué Général de notre association. Afin de valider dans les meilleurs délais cette proposition, je vous fais parvenir en pièce jointe une première mouture du schéma général de cette modification, qui reste à affiner avant notre prochain Conseil d’Administration du 4 juin 2007.
 
Enfin, si nous avons beaucoup échangé, lors des nombreuses réunions de travail que nous avons eu ensemble – dans un contexte difficile de redressement judiciaire – depuis que j’ai accepté de présider notre association, j’éprouve aujourd’hui le besoin de vous témoigner toute ma confiance, et de saluer le sérieux et l’intégrité avec lesquels vous avez assumé vos fonctions. L’étendue de vos compétences professionnelles et relationnelles a constitué un précieux atout pour la survie de notre association.
 
En espérant que ma décision relative à votre rémunération vous agrée, et dans l’attente de votre réponse concernant les bases de notre collaboration à venir, je vous prie de recevoir, Monsieur le Directeur, l’expression de mes sentiments les meilleurs.
 
Voilà. Je suis un peu inquiète sur l’issue, mais plus sereine. La balle est dans son camp !
 
 
Mon analyse de la crise
J’ai manqué d’autorité en ne procédant pas à cette augmentation au moment où j’aurais du le faire, en ne témoignant pas formellement de la reconnaissance du travail accompli, et en ne proposant pas des perspectives pour l’avenir.
J’ai pris une claque. C’est un mode d’apprentissage comme un autre…
 
 
Bergson, la conscience et l’automatisme
" Qu'arrive-t-il quand une de nos actions cesse d'être spontanée pour devenir automatique? la conscience s'en retire. Dans l'apprentissage d'un exercice, par exemple, nous commençons par être conscients de chacun des mouvements que nous exécutons, parce qu'il vient de nous, parce qu'il résulte d'une décision et implique un choix; puis a mesure que ces mouvements s'enchaîne davantage entre eux et se déterminent plus mécaniquement les uns les autres, nous dispensant ainsi de nous décider et de choisir, la conscience que nous en avons diminue et disparaît. Quels sont, d'autre part, les moments ou notre conscience atteint le plus de vivacité? Ne sont-ce pas les moments de crise intérieure ou nous hésitons entre deux ou plusieurs partis à prendre, ou nous sentons que notre avenir sera ce que nous l'auront fait? les variations d'intensité de notre conscience semblent donc bien correspondre à la somme plus ou moins considérable de choix, ou si vous voulez, de création, que nous distribuons sur notre conduite. Tout porte à croire qu'il en est ainsi de la conscience en général. Si conscience signifie mémoire et anticipation, c'est que conscience est synonyme de choix. "
L'Energie spirituelle
 
 
A vérifier
« Les carottes sont cuites »
 

Partager cet article

Repost 0
Published by L - dans Verbatim
commenter cet article

commentaires

L 20/05/2007 15:41

De novembre à mai, ça fait long comme temps de réflexion non ?
Sans me fouetter, j'essaie de tirer les leçons de mon expérience. Dans une association, et c'est encore plus vrai dans un contexte de redresement judiciaire, le directeur est, avec son président, la pièce maîtresse du jeu. Je pense que notre isolement, face à un CA quasi inexistant, m'a fait oublier qu'il était un salarié - pas comme les autres certes, mais un salarié quand même - et qu'à ce titre la reconnaissance du travail accompli et l'assurance de bonnes condition de travail pour poursuivre sa mission étaient essentielles. L'an dernier, il a renoncé à ses RTT, et il a toujours été au bureau avant 7h00 du matin... Sans compter le travail du week end...
Bon en tout cas, ce qui est fait est fait, donc j'ai tenté de lui donner des éléments pourqu'il fasse son choix. La suite au prochain épisode !
Merci pour tes encouragements chère Madame Copine !

Madame Copine 20/05/2007 13:57

Bon benh voilà, très bien ton revers!!!!!
Par contre il va falloir arrêter de te fouetter, prendre une décision entre mars et mai 2007, c'est ce qu'on appelle un temps de reflexion, c'est tout!!!
Forza!

Expresso...

Le coup de la panne, par Mehdi Ahoudig

Le métro de Tokyo fonctionne très bien. Tellement bien que quand il y a une panne, c'est l'affolement général. Ballet de bruits et de voix pour mécanique un instant suspendue : tranche de son.