Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A Propos...

  • : Interlude...
  • : Ce blog est le résultat d'un challenge lancé par Madame Copine, mon amie du bout du monde... En réponse à mes mails éhontés critiquant un quotidien au demeurant tout à fait passionnant.
  • Contact

Cuisine du monde...

Locations of visitors to this page

Recherche

Mise en bouche...

Archives

Au menu...

Bonheurs et malheurs du jour dans Ligne privée - Titres, dédicaces et prologues dans Intercalaires - Ce que j'en pense dans A ma sauce. Piquante... - Ma vie de présidente dans Verbatim - Les interrogations du jeudi dans Fauteuil Club - Mes péripéties professionnelles dans Passage Public - Mon univers littéraire dans Sofa Travelling

8 mai 2007 2 08 /05 /mai /2007 23:30
Extrait du rapport moral de 2006
Introduction
In extenso.
« Notre association évolue dans un contexte de profonde mutation des politiques publiques, qui produit de l’incertitude pour l’ensemble du secteur associatif : poursuite de la décentralisation avec de nouveaux transferts de compétence aux collectivités locales, désengagement de l’Etat en dehors de ses fonctions régaliennes, raréfaction des moyens, repositionnement de certains partenaires institutionnels sur de nouveaux champs et de nouvelles modalités d’intervention, renforcement du rôle des fondations privées.
Face à ces bouleversements, nous n’avons pas su anticiper sur notre développement et nous avons rencontré des difficultés qui ont eu pour conséquence le licenciement économique de 8 personnes. Etant donné notre situation, le départ de nos collaborateurs s’est fait dans « la douleur ». »
Pas de commentaires ce n’est que le débit – non le début – de l’affaire.
Développement
 
I. 2005, une année charnière
En vrac. Redressement judiciaire, licenciements économiques, vente d’un appartement, expertises comptables et financières en série, expertise du mode de pilotage, redéfinition du « cœur de métier », calcul des coûts et renégociation auprès des partenaires financiers…
 
II. Une activité riche de sens, au service d’un projet associatif réaffirmé
En vrac. Plein d’idées, des salariés qui n’en veulent, des activités consolidées, des pistes à travailler…
 
 
 
Perspectives pour 2006/2007
Là j’avais écrit : ensemble, contribuer à rendre possible un autre monde. Rien que ça. Je vous le livre tel quel.
 
« Face à une logique de séparation entre pauvres, appauvris et enrichis qui ne fait que s’accentuer au sein de notre société, le projet de notre association est bien de contribuer, à son niveau, à bâtir une solidarité ou, pour reprendre l’expression du sociologue Jacques Donzelot d’œuvrer à « faire société ».
 
L'évolution observée des politiques publiques et de la place donnée aux associations oeuvrant dans le champ social nous invitent de facto à résoudre l'équation nous permettant de faire valoir et mettre en avant nos valeurs tout en respectant un cadre administratif et financier pour pouvoir assurer notre action. Au delà de notre rôle d’opérateur – qui se trouve légitimé par l’engagement de nos partenaires à nos côtés – nous revendiquons plus largement une place d’acteur partenarial des politiques publiques. De notre point de vue, c’est cela qui donne un sens à notre action collective, et qui fait de nous une association à but non lucratif.
 
Comment concrètement notre association se propose t-elle de poursuivre cet objectif ?
-          en poursuivant et en réaffirmant l’intérêt de notre approche qui consiste à aider les gens à se remettre en mouvement, avec le choix de « faire avec » plutôt que de « faire pour »
-          en construisant une évaluation sociétale de notre action
-          en affirmant notre projet et en le partageant avec nos partenaires
-          en faisant de la participation, au sein de divers espaces un moment de construction collective d’un projet de société.
 
Malgré les difficultés, nous avons décidé « d’accrocher une charrue à une étoile », pour reprendre la très belle expression du Président de notre association nationale, et invitons nos bénévoles, nos volontaires, nos adhérents, nos salariés, et l’ensemble de nos partenaires à dessiner le chemin ensemble. Un dessin pour un dessein ? »
 

C’était beau, c’était bien. La secrétaire m’avait dit que j’allais tous les faire pleurer. Je me disais il faut tenir le coup pour le projet, pour les salariés, pour la responsabilité que j’ai acceptée.

Partager cet article

Repost 0
Published by L - dans Verbatim
commenter cet article

commentaires

Expresso...

Le coup de la panne, par Mehdi Ahoudig

Le métro de Tokyo fonctionne très bien. Tellement bien que quand il y a une panne, c'est l'affolement général. Ballet de bruits et de voix pour mécanique un instant suspendue : tranche de son.