Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A Propos...

  • : Interlude...
  • : Ce blog est le résultat d'un challenge lancé par Madame Copine, mon amie du bout du monde... En réponse à mes mails éhontés critiquant un quotidien au demeurant tout à fait passionnant.
  • Contact

Cuisine du monde...

Locations of visitors to this page

Recherche

Mise en bouche...

Archives

Au menu...

Bonheurs et malheurs du jour dans Ligne privée - Titres, dédicaces et prologues dans Intercalaires - Ce que j'en pense dans A ma sauce. Piquante... - Ma vie de présidente dans Verbatim - Les interrogations du jeudi dans Fauteuil Club - Mes péripéties professionnelles dans Passage Public - Mon univers littéraire dans Sofa Travelling

11 avril 2007 3 11 /04 /avril /2007 00:41

Pour la route...

Dédicace
Euh.. A la Camargue ? Non.
Camarguais, Camarguaises…
 
Prologue
Mauvais esprit.
 
Costumes
Coiffure : permanente
Senteur : cheval
Maquillage : sans
Tenue : souleïado
 
Petit développement
Eva avait maintenant 17 ans. Toujours à l’affût d’une inspiration propre à lui permettre de remporter le festival de bandedessinée organisé par LEMA (faut suivre), elle avait troqué les ballades de Bruce Springsteen pour les trompettes des fanfares des ferias arlésiennes. Et troqué ses tenues pomponette pour des pantalons d’équitation et des chemises bigarrées. Le résultat était… fort… intéressant.
Eva vivait un nouvel amour. Et à chaque nouvel amour d’Eva, ses copines commençaient à se faire du mourron. Ce n’était pas une question de principe non. Plutôt une forme d’anticipation. Présentation de l’élu et du chaperon (Eva récoltait parfois un lot). Extase d’Eva. Un chéri et une nouvelle copine elle était comblée.
Très motivée, Eva avait donc décidé de vivre pleinement cette nouvelle aventure. Et il faut dire qu’elle ne reculait devant rien. Kilomètres à vélo chronométrés pour rejoindre son bien aimé en plein été, fauchage de Luzerne, triple galop en pleine camargue, corridas en veux-tu en voilà, visite des coulisses et rencontre des matadors, paellas géantes, concours de dressage de chevaux, et même une Abrivado sous le soleil arlésien.
Mais rien n’y faisait. Le jeune homme était sans doute dérouté par cette conversion intempestive. Ou trop angoissé. Il entreprit donc de tester les points de rupture possibles. Le chaperon fut missionné, et les copines déchaînées. Après une prise de recul salutaire en dessinant des scènes de sa vie ordinaire, Eva se rendit à l’évidence. Ca ne pouvait plus durer. Le problème c’est que son avis comptait pour du beurre car il n’était point partagé par son bien aimé. Qui tenta donc en toute logique de s’imposer.
Les choses se corsèrent quand la famille s’intéressa de plus près à la question. Le père – le sien – posa son veto sur la relation. Le père – le sien – pleura et la supplia d’y réfléchir à deux fois.
 
Epilogue
Elle fit cela. Réfléchir à plusieurs fois. Plusieurs fois. Et remisa sa tenue pour se lancer dans une nouvelle aventure… plus parisienne.

Partager cet article

Repost 0
Published by Laure - dans Intercalaires
commenter cet article

commentaires

Madame Copine 11/04/2007 04:32

Merci pour le fou rire du matin, ces garçons nous font faire n'importe quoi, y compris 10 kilomètres en vélo sous le soleil.....

Expresso...

Le coup de la panne, par Mehdi Ahoudig

Le métro de Tokyo fonctionne très bien. Tellement bien que quand il y a une panne, c'est l'affolement général. Ballet de bruits et de voix pour mécanique un instant suspendue : tranche de son.