Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A Propos...

  • : Interlude...
  • : Ce blog est le résultat d'un challenge lancé par Madame Copine, mon amie du bout du monde... En réponse à mes mails éhontés critiquant un quotidien au demeurant tout à fait passionnant.
  • Contact

Cuisine du monde...

Locations of visitors to this page

Recherche

Mise en bouche...

Archives

Au menu...

Bonheurs et malheurs du jour dans Ligne privée - Titres, dédicaces et prologues dans Intercalaires - Ce que j'en pense dans A ma sauce. Piquante... - Ma vie de présidente dans Verbatim - Les interrogations du jeudi dans Fauteuil Club - Mes péripéties professionnelles dans Passage Public - Mon univers littéraire dans Sofa Travelling

9 avril 2007 1 09 /04 /avril /2007 10:30
Ou du relativisme de la susdite problématique en France...
 
 
Dédicaces en vrac
Au militantisme à la française, à la Fondation Abbé Pierre, au répondeur de la mythique émission de Daniel Mermet "Là bas si j'y suis". Ca n'avance pas à grand chose, mais ça fait du bien de le dire.
 
 
Prologue
« Un maître d'hôtel, une femme de ménage et deux gouvernantes dans un duplex de 600 m² situé à deux pas du rond point des Champs Elysées pour 14 000 euros par mois pour le ministre de l'économie, une information révélée par le Canard Enchaîné. »
Bon voilà une info qui tombe un mercredi de février et que je déguste en sirotant un thé dans mon - petit mais croquignolet - trente deux mètres carrés. Soupir. De soulagement s'entend. Mon ministre est bien logé me voilà rassurée. Je sais, je sais oh combien il est important de retrouver un cocon douillet après une dure journée de labeur.
 
 
Petit développement
 
Avant hier encore j'en discutais avec la dame qui vient faire un brin de ménage au bureau. Comme d'habitude je lui ai proposé un café. J'en verse un premier dans une tasse avec soucoupe, et le second dans un verre. Madame Badi met un sucre dans la tasse et je m'apprête à faire de même dans le verre. D'un coup d'un seul une brise de panique souffle dans la cuisine.
-              ah pardon j'ai pris votre tasse je suis désolée
-                    et non non pas du tout moi je le bois dans un verre c'est parce que je peux en mettre plus vous voyez
 
Quelle gêne ! Comment a-t-elle pu croire que tasse + soucoupe = pas pour moi ? Ai-je eu une attitude générale de supériorité, ou montré une trop grande distance me suis-je demandée ? Je culpabilise, me sent un peu honteuse et ce matin je décide de prendre le temps de tchatcher ; c'est lundi, les affaires courantes pourront bien attendre un peu. Ca fait des mois que Madame Badi est là et je prends enfin conscience qu'en fait je ne sais rien d'elle, pas même son prénom. Je respire. Inspiration. Je me lance, instinctivement, dans une avalanche de questions digne d'un mauvais questionnaire d'étudiant en maîtrise de sociologie. Tout y passe. Et vous êtes en France depuis combien de temps ? Et vous avez des enfants ? Et quelles sont les raisons de votre départ ? Quel était votre activité en Algérie ? Et celle de votre mari ? Et vous habitez où ? Et pour lui montrer que nous sommes sur un pied d'Egalité je me raconte aussi un peu. Ah les difficultés pour se loger je connais je n'ai pas trouvé de logement pendant plusieurs mois et là on vit à deux dans trentedeuxmètrescarrés quant à acheter ah là là vraiment je ne vois pas comment nous allons faire avec nos salaires. Et vous, vous vivez dans le quartier ? Oups ! Le coup de grâce tombe tranquillement. Décidément.
-              là je cherche un appartement plus grand parce que je suis dans un studio de dix huit mètres carrés et les enfants ils ont le saturnisme et il y a l'humidité. Je me suis dit c'est en attendant mais ça fait 3 ans et je trouve rien. J'ai été avec l'accompagnateur social mais ma fiche de paie elle va pas
-                    mais dans le logement social vous avez essayé ?
-                    oui mais avec la fiche de paie de 500 euros ça suffit pas donc je suis obligée de rester là et mon mari il a pas encore les papiers alors il travaille pas il a peur de pas se faire payer et tout. C'est difficile ici, c'est difficile
-                    ...
 
Fiasco. Bien. Je me reverse du café dans le verre, y jette un sucre et demi et l'emporte avec moi pour lui montrer que le café, je le bois réellement comme ça, dans un verre ; puis j'ai pris un air faussement détaché et j'ai lancé, le plus légèrement que j'ai pu
-             bon je vais m 'y mettre. A tout à l'heure alors
-                   
 
Epilogue
A cette époque, j’étais administratrice d’une association d’insertion par l’habitat depuis quelques mois à peine. Aujourd’hui, j’en suis présidente. En soi, le titre importe peu, je vous l’accorde. Et puis non. Le titre, c’est aussi le reflet de mon engagement. Pour des projets. Modestes mais bien concrets.
 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

NatduVénéz 13/04/2007 02:00

Coucou, je débarque...
Bon, je ne sais par où commencer.
D'abord que j'ai été envoyée par une copine (Madame copine peut-être ?).
Ensuite, que j'ai été touchée par ton style (je ne saurais pas le dire aussi bien que tu écris), que je ne comprends pas toujours tout (tes articles sont lourds de sous-entendus que je ne suis pas sure de capter) mais que ton style donne envie de te suivre ...
Je crois que j'ai tout lu (ça m'a pris du temps car ma connexion est pourrie) et à chaque article, je me disais "c'est beau". Mais il ne faut pas m'en vouloir, je ne trouvais pas de commentaire adéquate à écrire ; je n'arrivais pas à me lancer...
Peut-être, après tout, n'attends-tu pas de nous, les lecteurs, que nous mettions un commentaire...
Bref, je suis revenue sur cet article qui m'a interpellée et je me suis dit "je me lance". Alors voilà, pour conclure, je veux juste te transmettre mes encouragements et te dire bravo !
 

L 23/04/2007 12:29

Merci beaucoup pour ton message, dont je ne prends connaissance qu'aujourd'hui car en plein déménagement depuis une semaine, et sans connexion malgré les promesses des fournisseurs d'accès... Etc, Etc... Réponse en direct de mon bureau donc.
Je ne sais pas encore ce que j'attends des lecteurs. Rien sans doute. C'est-à-dire tous les possibles en fait. Je me laisse porter. Et pour le reste, on verra bien.
Reprise de la discussion hors temps de travail. A très bientôt. Et encore merci pour tes encouragements. Ca m'encourage. Vraiment.

Madame Copine 10/04/2007 13:15

Gloups, ça calme!!!! même si un homme sage m'a dit récemment qu'il fallait aussi savoir s'occuper de soi...ça peut paraître égoiste mais je crois qu'il faut trouver un équilibre....je n'y suis pas arrivée non plus...quelqu'un a une recette?
 

Expresso...

Le coup de la panne, par Mehdi Ahoudig

Le métro de Tokyo fonctionne très bien. Tellement bien que quand il y a une panne, c'est l'affolement général. Ballet de bruits et de voix pour mécanique un instant suspendue : tranche de son.