Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A Propos...

  • : Interlude...
  • : Ce blog est le résultat d'un challenge lancé par Madame Copine, mon amie du bout du monde... En réponse à mes mails éhontés critiquant un quotidien au demeurant tout à fait passionnant.
  • Contact

Cuisine du monde...

Locations of visitors to this page

Recherche

Mise en bouche...

Archives

Au menu...

Bonheurs et malheurs du jour dans Ligne privée - Titres, dédicaces et prologues dans Intercalaires - Ce que j'en pense dans A ma sauce. Piquante... - Ma vie de présidente dans Verbatim - Les interrogations du jeudi dans Fauteuil Club - Mes péripéties professionnelles dans Passage Public - Mon univers littéraire dans Sofa Travelling

6 mai 2008 2 06 /05 /mai /2008 12:07
Le deuxieme jour, apres nous etre couches a minuit, nous avons decide d'un commun accord unilateral, de nous lever a 4 heures du matin pour profiter au maximun de l'activite bourdonnante du marche deTsukuji, ou transite la quasi totalite de la viande et du poisson consomme dans le Kanto (Tokyo - et ses 80 000 restaurants -  et  ses environs). C'est donc les yeux colles que nous avons pris le metro...

Effectivement, le spectacle est impressionnant : des allees pavees etroites, des vieux compoirs en bois, des petits chariots zigzagant entre les milliers d'etals. Une veritable fourmilliere ! J'y ai vu des moules plus grosses que la main, des coquillages de toutes sortes, et plus de 4000 varietes de poisson ! Le plus saisissant est la preparation du thon, soigneusement decoupe (et presente) en fonction de la noblesse des morceaux. Les plus beaux sont exposes dans des vitrines, et leur prix varie de plusieurs milliers de Yen (en gros de 15 a 400 euros le kilo).

A 8h00 du matin, nous suivons le programme local : petit dejeuner de the vert sans sucre, soupe miso, sashimis et bol de riz au comptoir d'une echoppe jouxtant le marche. C'est un peu tot mais reellement delicieux. Je me fais tres bien au the vert, et Micka est nostalgique du cafe...

Comme je suis bonne comme du bon pain, je lui propose de partir a la quete de cette boisson dans le quartier d'affaires de Ginza. Le temps est tres couvert, les avenues sont desertes, les boutiques (de luxe) fermees, et les passants sont rares. La ville est donc bien silencieuse, hormis le croiassement des corbeaux et les bruit des helicopteres, ce qui n'est pas vraiment enchanteur... Nous trouvons un cafe, reprenons la ballade, et ce n'est que vers 10h00 du matin que la ville se reveille. Mais cela reste tres police, et tres tres loin du tumulte de Marseille ! Les rues sont en efffet d'une proprete incroyable, les pietons traversent au feu, les salarymen marchent d'un pas presse leur telephone a la main, les salarywomen courent en silence, aucun bruit de klaxon, et les policiers sont postes a chaque carrefour pour faciliter la circulation. Ici, chaque policier a  un appareil photo et prend un cliche des rares infractions...

Vers midi, un peu epuises, nous sommes alles nous echoues dans un parc a cote du Palais Imperial pour une grosse sieste de 2 bonnes heures a l'ombre d'un arbre. Reparateur...

Le soir, nous passons notre remiere soiree en totale autonomie dans notre quartier. J'avais repere un petit restau traditionnel avec une "table foyer", autour de laquelle nous prenons place ; nous sommes seulement 3 clients, et le patron entreprend une petite discussion avec Micka en japonais et en langage des signes. Et bien c'est pas facile... Un quatrieme client arrive, et il parle anglais. De la tout s'enchaine, Micke a "a very good face", est surnomme Ikeman : nous sommes a present des invites, le sake coule a flot, et la discussion est animee. La France est vue comme le pays de la liberte et des conges payes, ce qui pour eux est le reve...

Apres avoir moult fois trinque en japonais : Kampai ! et en francaisnous sommes rentres... le ventre un peu vide... mais en chantant...


Partager cet article

Repost 0
Published by Laure - dans Interlude Nihon
commenter cet article

commentaires

Laure 09/05/2008 11:19

@ Nat : je sais pas pourquoi, mais je n'ai pas rebu une goutte de sake depuis 15 jours...

NatduVenez 08/05/2008 16:38

Un petit verre de saké ? Kampai !

Expresso...

Le coup de la panne, par Mehdi Ahoudig

Le métro de Tokyo fonctionne très bien. Tellement bien que quand il y a une panne, c'est l'affolement général. Ballet de bruits et de voix pour mécanique un instant suspendue : tranche de son.