Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A Propos...

  • : Interlude...
  • : Ce blog est le résultat d'un challenge lancé par Madame Copine, mon amie du bout du monde... En réponse à mes mails éhontés critiquant un quotidien au demeurant tout à fait passionnant.
  • Contact

Cuisine du monde...

Locations of visitors to this page

Recherche

Mise en bouche...

Archives

Au menu...

Bonheurs et malheurs du jour dans Ligne privée - Titres, dédicaces et prologues dans Intercalaires - Ce que j'en pense dans A ma sauce. Piquante... - Ma vie de présidente dans Verbatim - Les interrogations du jeudi dans Fauteuil Club - Mes péripéties professionnelles dans Passage Public - Mon univers littéraire dans Sofa Travelling

10 septembre 2007 1 10 /09 /septembre /2007 20:54
Galère ou sinécure ?


Dédicace
Aux couples en tout genre. Qu’ils soient beaux ou qu’ils soient vieux. Car quoiqu’on en dise, la vie à deux, c’est rudement mieux.
 
 
Prologue
Dans la vie, il y a des moments clé. Et dans la vie des mémés… Comment dire ? Les mots me manquent. C’est idiot n’est-ce-pas ?
Mais je sens que vous trépignez d’impatience. Je vous épargne donc le suspense infernal auquel je vous destinais et je vous livre le test du tapage nocturne (je vous parlerai du tapage diurne une autre fois peut-être, si vous êtes sages, comme diraient les mémés)…
 
 
Petit développement
 
1. Nous sommes samedi soir 
Je sais, vous demander une telle concentration un lundi, jour de reprise après la coupure salvatrice du week end – parenthèse ouateuse dont le bénéfice a foutu le camp d’un coup d’un seul au moment où votre boss vous a demandé si vous étiez ménopausée, rapport au fait que vous avez osé dire que vous vous caillez dans la grotte qui vous sert de bureau – c’est carrément trash, mais j’assume !

2. Vous êtes chez vous
Si si, vous êtes bien chez vous… Car vous avez oublié depuis belle lurette la promesse solennelle que vous aviez faite il y a une bonne dizaine d’années, promesse stipulant très clairement que jamais oh grand jamais vous ne feriez comme ces gros nazes de couples qui restent chez eux le samedi soir. Et qu’en ce qui vous concerne, la rock’n roll attitude vous collerait à la peau jusqu’à l’éternité, et que, en conséquence de quoi, vous continueriez à vous transformer en falbala pour aller écumer les bars jusqu’au bout de la nuit. A Paris de préférence (c’est plus chic). A la limite, vous aviez péniblement accepté l’idée que le champagne (ou un Pauillac 1980) aurait d’ici là remplacé la bière. Et à la limite l’idée qu’un Homme, un vrai, un tatoué, partagerait votre lit. A l’extrême limite. Et à condition qu’il vous emmène très régulièrement dîner à Barcelone, à Rome (ou à Paris). Do you remember ?

3. Vous avez des voisins
Et oui ! Il y a eu un bug dans votre business plan, et si vous avez au mieux choisi un chouette métier, vous avez pu constater que questions pépettes, véritable bug il y avait. Donc non vous ne vivez pas dans une bastide juchée en haut d’une jolie collinette dans un endroit retiré, et non vous ne vous transportez pas d’un point à un autre en hélicoptère. Vous travaillez en ville, et lorsque vous avez fait vos comptes, vous avez jugé nettement plus raisonnable, financièrement parlant, de vivre en ville. Donc, fatalité de l’existence citadine, vous avez bien des voisins.

4. Et ils sont également chez eux
Dingue non ? Sauf qu’ils ne sont pas seuls. Et qu’ils ont même tout un tas d’amis ! De quoi ? Des amis. Vous avez oublié ? Je vous fais une petite piqure de rappel. Les amis sont des gens que vous connaissez depuis plus ou moins longtemps, que vous avez rencontrés de préférence en dehors de votre lieu de travail, que vous avez triés sur le volet, et que, par conséquent, vous appréciez. Ce qui n’est pas le cas de vos voisins. Et encore moins de leurs amis.

5. R
Q[^^^9¿6ML
Alors que vous pensez à vos prochaines vacances au soleil dans un pays lointain avec philosophie (à l’horizon août 2008, je vous laisse faire le calcul, et je vous laisse également apprécier la philosophie dont vous êtes capable sachant cela), vous sursautez à l’écoute d’une musique… Comment dire. Immonde (à votre humble avis). Vous patientez, patientez, finissez par – au mieux – avoir envie de leur jeter une salve de pétards à mèche dans l’escalier afin de leur illustrer l’effet que font les watts dans vos oreilles. Sauf que c’est interdit par la loi. Et que votre sens civique vous mine désormais le moral.
 
 
Epilogue
Ou des bienfaits de la vieillesse. Vous vous entrainez activement à faire preuve de sagesse, à accepter que derrière le Ying il y a le Yang… Vous décidez – pourquoi pas – de surfer sur le net. Et vous dégottez un clip d’un groupe de préférence mythique.Mais ma parole il y a une mégère dans ce clip ? Et comme il est absolument hors de question que vous souffriez plus longtemps cette comparaison, vous montez le son, et finissez par oublier vos voisins envahissants. Vous soupirez. Vous souriez. Et pour couronner le tout votre Homme (tatoué, faut-il le préciser) vous apporte une infusion du soir, et dépose dans votre cou un petit bisou. Et là, vous avez LA révélation. La vie est belle. Et, munie de cette incroyable certitude, vous décidez d’en faire part à la blogosphère.
 
 
Inspiration
 

Stray Cats - Stray Cats Strut

Portez vous bien !

Partager cet article

Repost 0
Published by Laure - dans Intercalaires
commenter cet article

commentaires

Laure 13/09/2007 08:56

Et oui, et oui... Avec l'âge, on apprécie la vie pour tous ces petits rien du quotidien qui nous comblent de bonheur !Pas mal le clip des Stray Cats hein ? Je le regarde en boucle depuis quelques jours !

NatduVénéz 11/09/2007 00:52

Un grand moment d'anthologie...C'est aussi pour ces détails (l'infusion du soir, le bisou dans le cou, et bien d'autres) que je trouve que la vie est belle...Ton article va me mettre la "pêche" pour la semaine, merci !

Expresso...

Le coup de la panne, par Mehdi Ahoudig

Le métro de Tokyo fonctionne très bien. Tellement bien que quand il y a une panne, c'est l'affolement général. Ballet de bruits et de voix pour mécanique un instant suspendue : tranche de son.